Peut-on continuer à manger autant de viande ?

Cure Minceur MultiLaser

Découvrez notre protocole minceur en trois semaines


Viande La viande est devenue incontournable dans nos repas. Il semble que nous ne pouvons pas vivre sans. Si, il y a encore quelques années, manger de la viande était un privilège – un repas à des dates particulières –, aujourd’hui c’est un acte quotidien. Peut-être même trop tous les jours.

Peut-on continuer à manger autant de viande ?

Manger de la viande est associé au progrès et à la modernité. En fait, dans l’État espagnol entre 1965 et 1991, la consommation a été multipliée par quatre, en particulier celle de la viande de porc, selon les données du ministère de l’Agriculture. Ces dernières années, cependant, la consommation dans les pays industrialisés a stagné, voire diminué, en raison, entre autres, de scandales alimentaires (vaches folles, grippe aviaire, poulets à la dioxine, viande de cheval au lieu de bœuf, etc.) et d’une plus grande inquiétude quant à ce que nous mangeons. Dans tous les cas, il faut rappeler qu’ici aussi, et plus encore dans un contexte de crise, de larges pans de la société ne peuvent pas opter pour une alimentation fraîche et de qualité ni choisir entre des régimes avec ou sans viande.

La tendance dans les pays émergents tels que le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, les soi-disant BRICS, est en revanche à la hausse. Ils concentrent 40 % de la population mondiale et, entre 2003 et 2012, leur consommation de viande a augmenté de 6,3 %, et on s’attend à ce qu’entre 2013 et 2022 elle augmente de 2,5 %. Le cas le plus spectaculaire est celui de la Chine, qui en quelques années, de 1963 à 2009, est passée de 90 kilocalories de consommation de viande par personne et par jour à 694, comme l’indique le Atlas de la viande. Les motifs ? L’augmentation de la population dans ces pays, leur urbanisation et la copie d’un mode de vie occidental par une importante classe moyenne. En effet, se définir comme « non-végétarien » en Inde, pays végétarien par excellence, est devenu, dans certains secteurs, un statut social.

Une consommation chère à la planète

Mais l’augmentation de la consommation de viande dans le monde n’est pas gratuite mais très coûteuse, tant sur le plan environnemental que social. Pour produire un kilo de boeuf, par exemple, il faut 15 500 litres d’eau ; alors que pour produire un kilo de blé, il en faut 1 300, et pour un kilo de carottes, 131, selon les données de l’Atlas de la Viande. Ainsi, si plus de 60 milliards d’animaux d’élevage sont nécessaires chaque année pour satisfaire la demande actuelle de viande, d’œufs et de produits laitiers dans le monde, les engraisser coûte très cher. En effet, l’élevage industriel crée la faim, puisque 1/3 des terres agricoles et 40% de la production céréalière dans le monde sert à les nourrir, au lieu de donner directement de la nourriture aux gens. Et tout le monde ne peut pas s’offrir un morceau de viande issu de l’agro-industrie. Selon les données de Groupe ETC3 500 millions de personnes, soit la moitié des habitants de la planète, pourraient être nourries avec ce que consomment ces animaux.

De plus, les vaches, les porcs et les poulets, dans le modèle de production industrielle et intensive actuel, sont parmi les principaux générateurs de changement climatique. Qui dirait ! On estime que le bétail et ses sous-produits génèrent 51 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. En fait, une vache et son veau dans un élevage bovin émettent plus qu’une voiture à huit mille kilomètres derrière elle, selon les données du Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Nous, en les mangeant, sommes coresponsables.

L’abus est le visage le plus sanglant de l’élevage industriel, dans lequel les animaux cessent d’être des êtres vivants pour devenir des choses et des marchandises. Le documentaire samsara, sans scènes de violence explicite, montre la brutalité cachée et extrême des fermes qui produisent de la viande, du lait…, dans lesquelles les animaux survivent mal et les ouvriers les démembrent, les battent et les étripent comme s’ils étaient des objets. Un modèle de production qui trouve ses origines dans les abattoirs de Chicago au début du XXe siècle, où les chaînes de production permettaient, en un quart d’heure seulement, de tuer et de découper une vache. Une méthode si “efficace” qu’Henry Ford l’a adoptée pour fabriquer des automobiles. Pour le capital, il n’y a pas de différence entre une voiture et un être vivant. Et pour nous ? La distance entre le champ et l’assiette est devenue si grande ces dernières années que, en tant que consommateurs, nous ne sommes souvent plus conscients qu’il y avait une vie derrière une saucisse, une lasagne ou un spaghetti carbonara.

travail précaire

Les conditions de travail de ceux qui travaillent dans ces fermes laissent beaucoup à désirer. En fait, entre les animaux qui sont sacrifiés et les employés qui travaillent, il y a plus de points communs que ces derniers ne le pensent. Upton Sinclair, dans son brillant ouvrage La jungle, dans lequel il dépeint la vie précaire des ouvriers des abattoirs de Chicago dans les premières années du siècle dernier, précise : « Des hommes ont été sacrifiés comme des animaux ont été sacrifiés : des corps et des âmes ont été coupés en morceaux et convertis en dollars et en cents ». Aujourd’hui, de nombreux abattoirs embauchent des immigrés, des Mexicains aux États-Unis, dans des conditions précaires, comme le montre l’excellent film de Richard Linklater La nation des fast food, ou Europe de l’Est dans les pays du centre de l’Union. L’œuvre de Sinclair continue, cent ans plus tard, d’être d’actualité.

De même, l’industrie de l’élevage a un effet désastreux sur la santé. La fourniture systématique de médicaments de manière préventive aux animaux afin qu’ils puissent survivre dans des conditions d’hébergement déplorables jusqu’à l’abattoir et engraisser plus rapidement et à moindre coût pour l’entreprise, provoque le développement de bactéries résistantes à ces médicaments. Certaines bactéries qui peuvent facilement passer aux gens à travers, entre autres, la chaîne alimentaire. Actuellement, selon Organisation Mondiale de la Santé, plus d’antibiotiques sont donnés aux animaux sains qu’aux personnes malades. En Chine, par exemple, on estime que chaque année plus de 100 000 tonnes d’antibiotiques sont administrés aux animaux, la majorité sans aucun type de contrôle, et aux États-Unis, 80 % des antibiotiques fournis finissent par le bétail, car indiquée par l’Atlas de la viande. Et ce n’est pas tout, la FAO elle-même reconnaît qu’au cours des quinze dernières années, 75 % des maladies humaines épidémiques ont pour origine des animaux, comme la grippe aviaire ou porcine, conséquence d’un modèle d’élevage malsain.

Qui gagne avec ce modèle ? Évidemment pas nous, même s’ils veulent nous faire croire le contraire. Quelques multinationales – très peu – contrôlent le marché : Smithfield Foods, JBS, Cargill, TysonFood, BRF, Vion. Et ils font des profits importants avec un système qui pollue l’environnement, génère des changements climatiques, exploite les travailleurs, maltraite les animaux et nous rend malades.

Une question se pose : peut-on continuer à manger autant de viande ?

esther vivas-150



J’ai perdu 6 kg en 4 semaines et j’ai surtout perdu 9 cm de tour de ventre. Ambiance agréable. Personnel accueillant et convivial. Équipement efficace. Très bonne expérience. Je recommande vivement.
Abdelkarim Nasseh
Abdelkarim Nasseh
The best laser experience in Casablanca. The team is very professional and extremely friendly. Un grand merci à Lina qui a répondu à toutes mes questions et à toute l’équipe surtout Kawtar pour sa gentillesse et écoute.
Salma Chad
Salma Chad
Super prestation! Je fais mon epilation permanente labas et ca marche vraiment avec zero douleur enplus. Tres contente d'avoir decouvert ce centre!
Aida Tazi
Aida Tazi
Excellent service et traitement qui marche. Indolore pratique et efficace, n’hésitez pas à y aller pour des pieds propres hygiéniques et esthétiquement présentable !
Youssef Seffar
Youssef Seffar
Je recommande vivement👍
Rana Mroue
Rana Mroue
Je recommande vivement! Je remercie l’equipe de multilaser de m’avoir aidé à récupérer ma confiance en moi. J’ai fait 12 séances au laser verju avec lesquelles j’ai perdu 19 kilos. Merci et bonne continuation que dieu vous protège 🤲🤲
Carlota Price
Carlota Price
Fermer
Soin Corps
Soin Visage
Résultats
Nos Centres
MultiNews
Travaille avec nous
Login
Whatsapp
Plus Info Ici 👉
Multilaser
⭐️ Avez-vous des questions sur nos traitements?
🤙Appelez nous🗓️Rendez-vous