Passer du sein à l’assiette. Comment faire la transition en toute conscience

Cure Minceur MultiLaser

Découvrez notre protocole minceur en trois semaines


bébé füttern

Mais nous ne considérerons pas seulement les besoins nutritionnels, mais aussi les caractéristiques de maturation et de développement des systèmes neuromusculaire, gastro-intestinal, rénal et immunitaire afin qu’il y ait une transition progressive de l’allaitement au sein vers une alimentation complémentaire.

A partir de six mois, et par suite d’une croissance accélérée, l’enfant a des besoins nutritionnels très élevés ; C’est pourquoi il faut commencer par une alimentation complémentaire. Son corps, bien que sain, conserve quelques limitations. Le nouveau-né a des reins immatures, qui vont grossir et travailler plus fort pendant les premiers mois de sa vie. Si nous leur apportons suffisamment d’eau par l’alimentation et peu de solutés (sels minéraux…) il ne devrait pas y avoir de problème, comme c’est le cas si nous leur proposons du lait maternel.

Avant quatre mois, il a également un pancréas et un foie immatures, et certaines enzymes sont encore incapables de digérer les glucides complexes (farines et céréales). Au lieu de cela, la capacité d’absorption des protéines fonctionne parfaitement dès la naissance, même s’il faut éviter qu’ils mangent trop car il pourrait y avoir une surcharge rénale. Cette capacité permet le passage des immunoglobulines du lait maternel (anticorps qui passent de la mère au bébé), mais si des protéines étrangères (lait de vache, gluten) à capacité antigénique sont incorporées, le risque d’allergies alimentaires augmente.

L’absorption et la digestion des graisses sont faibles chez le nouveau-né mais sont compensées par une lipase spécifique du lait maternel qui s’active lorsqu’elle atteint le duodénum, ​​ce qui ne se produit pas si le lait maternisé est pris.

Après six mois d’allaitement, il est nécessaire de commencer à introduire des aliments non laitiers correctement préparés petit à petit et avec prudence afin de ne pas altérer le rythme de la maturation digestive et rénale et de persévérer dans le développement neuromusculaire. Nous commencerons toujours sous forme d’aliments pour bébés, de compotes ou de purées jusqu’à ce qu’au bout de quelques mois, l’enfant ait appris à mastiquer et qu’il nous soit plus facile de proposer des aliments en petits morceaux. Avec sept ou huit mois, des mouvements de mastication rythmiques commencent à apparaître coïncidant avec les premières dents, ce qui permettra l’introduction d’aliments semi-solides pour qu’ils commencent à mastiquer. Entre neuf et douze mois, il prend de petits aliments et commence à se nourrir, bien que l’autonomie complète dans ce domaine ne soit acquise qu’après dix-huit mois, moment auquel la vision et la coordination oculomotrice sont complètes.

L’introduction de l’alimentation complémentaire est une étape très importante : l’enfant découvre des textures, des saveurs et des odeurs jusqu’alors inconnues qui feront à jamais partie de sa base alimentaire. Ces premiers jours d’alimentation complémentaire signifieront un changement de routine pour l’enfant comme pour les parents, et ce ne sera pas toujours facile. Tout au long de ce processus, nous devrons apprendre à être très patients, car chaque enfant est différent : il n’y a pas de formule parfaite et nous devrons trouver celle qui convient le mieux à notre enfant. Certains enfants feraient mieux de manger eux-mêmes des aliments non écrasés avec leurs mains, ce qui est connu sous le nom de sevrage dirigé par le bébé (BLW).

Les enfants sont habitués au lait, il est donc plus probable qu’ils commencent par quelque chose qui s’en rapproche – sucré, chaud et crémeux – et qu’ils ajoutent progressivement des morceaux. Les nouveaux aliments doivent toujours être introduits un par un et séparés avec des intervalles suffisants pour que l’enfant s’y habitue et qu’on voie comment il les tolère. Il est important de savoir que la quantité de nourriture à ce stade peut varier d’un jour à l’autre.

La première chose à introduire est les grains entiers sans gluten. Les céréales fournissent de l’énergie, des protéines, des minéraux, des vitamines, des acides gras essentiels et des glucides à absorption lente. Vous pouvez commencer par une bouillie de céréales que l’on peut préparer soi-même après avoir fait cuire n’importe quel grain entier ou mélange (riz rond complet, millet, quinoa, riz gluant…) pendant longtemps et la passer au moulin ou offrir une bouillie de qualité fabriqué par une maison de confiance, c’est-à-dire préparé avec des grains entiers et biologiques.

nourriture de fille

Il est conseillé d’introduire le premier repas complémentaire à midi et de le faire petit à petit, pas radicalement : c’est-à-dire offrir quelques cuillères à café de bouillie pour voir comment elle réagit, puis allaiter comme d’habitude, ce qui continuera à être la base du régime. Et augmentez progressivement la consommation.

Normalement, en une semaine ou une dizaine de jours, l’enfant a déjà appris à manger parfaitement à la cuillère. Ensuite, vous pouvez ajouter les légumes, toujours bio, frais et préparés à la maison quotidiennement. Les légumes nous apportent des sels minéraux et des fibres ainsi que des vitamines. Évitez les légumes qui contiennent beaucoup de nitrates et d’oxalates, comme les betteraves, les épinards, les blettes, les tomates, les aubergines et les navets. Il est également conseillé de ne pas commencer par les plus aromatiques, comme les asperges, ou flatulentes, comme le chou. Ils doivent être cuits avec le minimum d’eau ou à la vapeur et sans sel ajouté. Chaque jour nous varierons les légumes en essayant d’avoir une racine (oignon, carotte…), une ronde (courgette, potiron…) et une verte (haricots verts, brocoli…).

Comment allons-nous le donner ?

Une fois les légumes préparés, on préparera une portion avec 50% de crème de céréales et 50% de légumes, plus une cuillère à café de graines de sésame grillées pour apporter des graisses naturelles et des morceaux d’algues cuites pour incorporer les oligo-éléments. Vous devez manger ce que vous voulez; nous le compléterons avec le sein jusqu’à ce que la ration soit suffisante.

Dès l’âge de sept mois, chaque jour on cuisinera des protéines (animales ou végétales) avec les légumes. Il peut s’agir de tempeh, de tofu, de légumineuses sans peau ou passées au moulin à pommes de terre, de poulet ou de dinde, de poisson blanc (à partir de huit mois). On aura donc déjà des céréales, des légumes et des protéines : 70 ml de céréales, 70 ml de légumes et 80 ml de protéines végétales ou 30 g de protéines animales, plus la cuillère à café de sésame et d’algues.

On peut proposer le fruit pour le goûter lorsque l’enfant mange déjà du poisson ou de la viande.

Quand il aura huit ou neuf mois, il pourra manger une petite quantité de pâtes de blé entier, des légumes coupés en dés et, petit à petit, on pourra introduire le reste des aliments. Au fur et à mesure que l’enfant apprend à manger, l’allaitement sera progressivement supprimé (le premier se fera le midi et l’après-midi, et le dernier, vers une quinzaine de mois, la nuit, qui est celle qui porte le plus de charge émotionnelle. On peut remplacer le lait de l’après-midi avec une bouteille de lait de céréales (avoine, riz, millet, quinoa…) ou de fruits à coque (amandes, noisettes…).

Quelles erreurs commettons-nous habituellement ?

  • Ajoutez du sel aux repas avant l’année.
  • Abus de sucres. Offrez des bonbons ou des sucres en guise de récompense au lieu de noix sucrées comme les raisins secs, les prunes, les figues…
  • Abusez des aliments surgelés et préparés.
  • Offrez un excès de produits laitiers, ce qui provoque des allergies et un excès de mucus.
  • Le laisser prendre un excès de fruits, ce qui peut lui faire rejeter les légumes.

Bien que cela semble être beaucoup de travail, comme toute nouvelle habitude, c’est une question d’organisation et de pratique. La préparation des aliments pour nos enfants doit nous faire réfléchir sur notre façon de manger. Nous sommes tous débordés et pressés, mais il ne faut pas oublier qu’il vaut mieux offrir à manger à l’enfant quand on s’aperçoit qu’il a faim, et non “quand il joue”. Nous devons essayer que, dans chaque repas que nous cuisinons, il y ait une saveur sucrée provenant des légumes.

L’accompagnement vers l’autonomie de nos enfants durant les deux premières années de vie est une aventure passionnante. Ils nous apprendront à mieux manger, à nous réorienter vers un mode de vie plus sain, à acquérir des habitudes plus saines, à apprendre à faire preuve de patience et à être plus tolérants et meilleurs.

bonamusa-200Dr Anna Bonamusa Ventura

Pédiatre et homéopathe. Professeur d’alimentation consciente et énergique.

alonnisos12@gmail.com



J’ai perdu 6 kg en 4 semaines et j’ai surtout perdu 9 cm de tour de ventre. Ambiance agréable. Personnel accueillant et convivial. Équipement efficace. Très bonne expérience. Je recommande vivement.
Abdelkarim Nasseh
Abdelkarim Nasseh
The best laser experience in Casablanca. The team is very professional and extremely friendly. Un grand merci à Lina qui a répondu à toutes mes questions et à toute l’équipe surtout Kawtar pour sa gentillesse et écoute.
Salma Chad
Salma Chad
Super prestation! Je fais mon epilation permanente labas et ca marche vraiment avec zero douleur enplus. Tres contente d'avoir decouvert ce centre!
Aida Tazi
Aida Tazi
Excellent service et traitement qui marche. Indolore pratique et efficace, n’hésitez pas à y aller pour des pieds propres hygiéniques et esthétiquement présentable !
Youssef Seffar
Youssef Seffar
Je recommande vivement👍
Rana Mroue
Rana Mroue
Je recommande vivement! Je remercie l’equipe de multilaser de m’avoir aidé à récupérer ma confiance en moi. J’ai fait 12 séances au laser verju avec lesquelles j’ai perdu 19 kilos. Merci et bonne continuation que dieu vous protège 🤲🤲
Carlota Price
Carlota Price
Fermer
Soin Corps
Soin Visage
Résultats
Nos Centres
MultiNews
Travaille avec nous
Login
Whatsapp
Plus Info Ici 👉
Multilaser
⭐️ Avez-vous des questions sur nos traitements?
🤙Appelez nous🗓️Rendez-vous