Le guide définitif pour manger du poisson sauvage, frais et bon marché

La guía definitiva para consumir pescado salvaje, fresco y económico

Cure Minceur MultiLaser

Découvrez notre protocole minceur en trois semaines


Sûrement, s’ils vous demandent quelles variétés vous connaissez, vous pourriez difficilement en mentionner plus d’une douzaine. La réalité est que nous avons une grande méconnaissance des variétés pêchées et on finit toujours par consommer les mêmes.

Le guide définitif pour manger du poisson sauvage, frais et bon marché

Ceci est confirmé par Joseve Pedreño, poissonnier et instructeur des cours Mercabarna : “Les poissons qui se vendent le plus sont ceux que nous trouvons habituellement chez les poissonniers et, normalement, ce sont ceux qui ont le moins d’arêtes ou qui peuvent facilement nous être retirés .” filets, comme le merlu, la lotte ou la sole ». La grande majorité, cependant, est cultivée.

D’autre part, l’habitude d’aller au marché a été perdueoù il y a différents arrêts et où il est plus facile d’en trouver beaucoup plus espèces de poissonneriequi sera donc sauvage, local et moins cher.

Ce qui se passe généralement, c’est que si il y a des espèces inconnues, on n’ose pas les acheter parce que nous ne savons pas comment ils vont goûter ou comment ils sont cuits. Joseve Pedreño, pour cette raison, affirme qu’ils se rétablissent : « Si nous voulons parier sur une pêche durable, nous devons retourner au marché et le transmettre à nos enfants. L’autre pré-requis est de savoir cuisiner et récupérer des mijotés de poisson. Par exemple, avant on faisait des pommes de terre à l’étouffée avec de la lotte et puis on mangeait la tête comme on le fait avec la carn d’ollaajoute le premier.

Bien sûr, pour être vraiment durable, nous devons tenir compte de la méthode de pêche et de l’origine. le site Web SOSPeixqui a pour objectif de promouvoir la consommation de poisson responsable pour éviter la surpêche et l’exploitation des mers, a une liste très complète qui peut nous être d’une grande aide. identifier les espèces les plus sûres.

Poisson sauvage, durable et économique

Poissons sauvages, oui, mais attention ! Quand on veut entrer dans le monde des poissons sauvages, on peut avoir une peur bleue : le saumon d’Alaska coûte plus de 40 €, la dorade ou le bar 30 €, la sole boréale coûte 30 € les 250 g. Il semble impossible de les acheter, non? Au-delà du prix, il faut tenir compte du fait que beaucoup de ces espèces sont menacées par la surpêcheC’est pourquoi ils ont aussi ces prix. Donc, Ce ne sont pas les variétés de poissons que nous devrions consommer régulièrement si nous voulons préserver la diversité marine.

Ensuite, nous présentons des espèces de poissons sauvages moins connues, mais aussi moins chères. Nous avons tenu compte du fait qu’il s’agit de variétés légèrement contaminées et que leur pêche est durable (à la fois en raison de la méthode utilisée et de l’état de conservation de l’espèce).

1-Poisson bleu

Nous recommandons toujours le petit poisson bleu parce que contient moins de mercure. On parle de maquereaux, de sardines, d’anchois ou d’anchois, mais il y en a bien d’autres ! Les poissons gras fournissent des oméga-3, si importants pour le cœur, le cerveau, les articulations, le système immunitaire et la vue. Les mois idéaux pour en consommer sont ceux qui n’ont pas R, car c’est quand ils ont plus de gras et sont moins chers.

Maquereau: petits poissons gras à haute teneur en matières grasses. Il peut être cuit au four ou grillé ou grillé. On peut aussi l’utiliser pour faire du riz soupe aux légumes et l’ajouter en morceaux en fin de cuisson.

Châtaigne ou Pomfret : C’est un poisson semi-gras très méconnu, mais on peut le trouver sur le marché à moins de 10 € le kilo. Il y en a toute l’année, mais c’est en été que la variété grise arrive sur nos côtes. Il faut demander au poissonnier d’enlever la tête et la peau, qui est très dure, pratiquement du cuir, et on peut faire des filets ou des tranches avec la viande. Il peut être cuit au four ou mijoté. Il peut également être mariné avec de l’ail, du vinaigre et du poivron rouge, puis frit.

Melva : c’est la pauvre soeur du thon, mais moins chère et plus durable (le thon est en danger). Comme les morceaux sont plus petits, environ 800 g, ils n’accumulent pas autant de mercure (niveau moyen). Il peut être cuisiné de la même façon que le thon : au four, grillé, grillé ou mijoté avec de l’oignon, de la tomate, du poivron et des pommes de terre pour faire un marmitako. De plus, il peut être réalisé en marinade, en cebiche, en tartare ou en sushi.

il y a aussi le idiot, le plat de poisson frit typique d’un restaurant côtier. Bien qu’il s’agisse d’une espèce qui ne soit pas en danger, SOS Peix recommande d’en consommer peu en raison de son mode de pêche, avec une maille très fine qui prend d’autres poissons et céphalopodes.

2-Poisson blanc

Germe de boue : c’est aussi bon que le merlu, mais presque personne ne le sait. Nous pouvons leur demander de le nettoyer pour nous et de le couper en tranches. Il peut être cuit au four, grillé ou grillé. S’ils nous font des filets, il n’a pas d’arêtes et sa viande est très douce. Une délicieuse façon de le cuisiner est au four : faire une base de pommes de terre, le brotola en tranches et une autre couche de pommes de terre. La saison de pêche s’étend d’avril à juin.

Crâne: C’est aussi un poisson très savoureux, et il suffit d’enlever la tête et les viscères. Puisqu’il n’a pas beaucoup de tartre et qu’il pourrait coller beaucoup si on le fait griller, il est préférable de le cuire ou de le faire frire.

Merlan bleu 12.9 : Il est de la même famille que le brótola et le mollera. Il est plus connu et on peut l’acheter au poids entre 5-10€. Ce sont des morceaux d’environ 15 cm que, sans tête ni tripes, on peut manger grillés, grillés ou frits. Avant de les faire frire, il est intéressant de les plier pour casser l’os, car sinon, avec la chaleur, l’os se dilate et casse le poisson, qui peut paraître en mauvais état. Saison de mars à juin.

Solette : C’est un petit poisson blanc plat d’environ 10 cm de long et très savoureux car il a plus d’arêtes. Nous pouvons en acheter 4 ou 5 par personne. Le prix monte déjà un peu plus car il tourne autour de 20€ le kilo. Le coq est de la même famille, mais un peu plus grand.

croasseur: poisson blanc qui se fait connaître grâce au ceviche. Il peut également être frit ou cuit au four. La saison s’étend de mars à août. Il devrait être consommé occasionnellement car l’état de conservation est vulnérable. On peut le trouver à 13€ le kilo.

Poisson de Saint-Pierre : poisson blanc que nous pouvons transformer en filets grillés, grillés ou cuits au four. Le prix a encore un peu augmenté. Environ 24 € le kilo.

3-Poisson de roche ou bouillon

Le poisson de roche est un groupe générique pour désigner une variété de poissons qui ont généralement beaucoup d’os et/ou une tête relativement grosse et relativement peu de viande, mais qui sont très savoureux. Est idéal pour faire d’excellents bouillons de poisson.

Certaines espèces sont vendues à l’unité, comme le rouget de roche ou la rascasse, mais la majorité est ce qu’on appelle poubelle (ruban, araignée, gobie), qui sont plusieurs espèces mélangées à un prix abordable, autour de 9-12 €. Whitebait est idéal pour faire du bouillon, mais de nombreux restaurants le servent frit en apéritif.

Ruban adhésif: Il arrive à la poubelle car les boîtes de cassettes seules n’ont pas été vendues. Sa tête, ses tripes et sa queue doivent être enlevées car elle a très peu de viande. Il peut être coupé en deux. Il sert aussi à faire du bouillon, car le visage contient beaucoup de gélatine. Si vous en trouvez sur le marché, n’hésitez pas à l’acheter car c’est pour une consommation durable.

poisson scorpion: C’est un poisson semi-gras qui peut être cuit au four entier, mais sans les entrailles, les arêtes externes ou les écailles. Vous pouvez également réaliser des filets mijotés ou un bouillon avec des tranches de poisson. La saison est de mars à août. Le prix est un peu plus élevé et se situe autour de 30 € le kilo. Attention si vous avez pêché au chalut, car cette technique endommage les fonds marins.

Poule: Il appartient à la famille des rascasses et les deux ont de nombreuses épines à l’extérieur, mais pas à l’intérieur. Comme il a une très grosse tête, il est très approprié pour faire du bouillon avec les épines. Avec le reste, on peut faire des filets et les cuire au four ou bouillis. Il peut également être fait avec de l’oignon sauté, de la tomate, du poivron rouge, de la pomme de terre, un peu de vin blanc et ajouter le bouillon de tête et d’os. Il peut également être utilisé pour faire des sushis ou des sashimis. La saison s’étend d’avril à septembre et doit être consommée occasionnellement si elle est chalutée.

Blond: Il est très bon pour faire des soupes, des bouillons et des ragoûts. Il peut également être cuit sur le gril.

Il rouget de roche il est facile à trouver sur le marché, mais il n’est pas recommandé car il contient beaucoup d’arsenic.

Galère

4-Céphalopodes et coquillages

Galère: modeste crustacé, mais au goût de homard et autour de 15 € le kilo. En fait, chaque année, des journées gastronomiques ont lieu dans les Tierras del Ebro avec la galère comme protagoniste. La saison est de mars à juin. Il peut se faire au gril, dans des plats de riz, de la crème chaude, du carpaccio ou du bouillon.

Cartouchière: céphalopode inconnu au goût intense. Il est un peu plus dur que le calmar et, par conséquent, il est idéal pour faire des plats de riz ou des ragoûts avec beaucoup d’oignon et de vin blanc pour l’adoucir.

poulpe blanc: contrairement à la pieuvre commune, elle n’a qu’une bande de ventouses au lieu de deux sur ses pattes. Il faut d’abord le congeler pour casser les fibres et le rendre plus doux. Il peut être cuit tout comme la cartouchière. D’abord à feu très doux pour qu’il enlève l’eau puis il peut être grillé ou encore mijoté avec beaucoup d’oignon et de vin blanc. Il peut également être cuisiné avec des pommes de terre à l’aïoli, plat typique du pêcheur. La saison s’étend de mars à août. S’il a été pêché au casier, il est durable, mais il ne l’est pas s’il a été pêché au chalut.



J’ai perdu 6 kg en 4 semaines et j’ai surtout perdu 9 cm de tour de ventre.
Ambiance agréable. Personnel accueillant et convivial. Équipement efficace.
Très bonne expérience.
Je recommande vivement.

Abdelkarim Nasseh
Abdelkarim Nasseh

The best laser experience in Casablanca. The team is very professional and extremely friendly. Un grand merci à Lina qui a répondu à toutes mes questions et à toute l’équipe surtout Kawtar pour sa gentillesse et écoute.

Salma Chad
Salma Chad

Super prestation! Je fais mon epilation permanente labas et ca marche vraiment avec zero douleur enplus. Tres contente d’avoir decouvert ce centre!

Aida Tazi
Aida Tazi

Excellent service et traitement qui marche. Indolore pratique et efficace, n’hésitez pas à y aller pour des pieds propres hygiéniques et esthétiquement présentable !

Youssef Seffar
Youssef Seffar

Je recommande vivement👍

Rana Mroue
Rana Mroue

Je recommande vivement!
Je remercie l’equipe de multilaser de m’avoir aidé à récupérer ma confiance en moi.
J’ai fait 12 séances au laser verju avec lesquelles j’ai perdu 19 kilos.
Merci et bonne continuation que dieu vous protège 🤲🤲

Carlota Price
Carlota Price

Close
Soin Corps
Soin Visage
Résultats
Nos Centres
MultiNews
Travaille avec nous
Login
Whatsapp
Plus Info Ici 👉
Multilaser
⭐️ Avez-vous des questions sur nos traitements?
🤙Appelez nous🗓️Rendez-vous